PRIMAIRE : une campagne de terrain des jeunes en faveur de Ségolène ROYAL

Publié le par CORDIEZ Daniel

SR-avec-les-jeunes.jpg 

Ségolène Royal

à la reconquête des jeunes

NOUVELOBS.COM  -  29.07.2011 

 

Objectif : mobiliser un électorat qui l'avait massivement soutenue en 2007.Ségolène Royal n'a pas oublié que 63% des 18-24 ans ont voté pour elle au second tour de la présidentielle de 2007.

A deux mois de la primaire socialiste, elle compte bien mobiliser à nouveau cet électorat. Son équipe de campagne multiplie les initiatives d'ici au 9 octobre afin de faire la différence avec les deux favoris de la compétition, Martine Aubry et François Hollande

Le député Guillaume Garot, porte-parole de la candidate, juge ainsi que "Ségolène Royal a conservé une aura particulière chez la jeunesse, cela s'observe dans ses déplacements." Mais, ajoute-t-il aussitôt, "nous comptons pour la primaire sur tous les Français qui se reconnaissent dans les valeurs de la gauche".

 

A la tribune des jeunes ségolénistes et à l'interview de la présidente de Poitou-Charentes, que nous publions lundi 1er août sur le site du "Nouvel Observateur", s'ajoute une campagne de terrain active. 

Ses jeunes partisans feront une tournée des plages du 18 au 28 août, tract programmatique à la main. Objectif : montrer que Ségolène Royal est "une candidate au service des jeunes, et pas l'inverse", explique Amine El Khatmi, 23 ans, l'un des coordinateurs de cette campagne. 

Après une dizaine d'étapes, la caravane terminera sa route à La Rochelle, pour l'université d'été du PS. Les jeunes ségolénistes y prévoient plusieurs ateliers. Ils mettront notamment l'accent sur la formation des jeunes militants, "dans une démarche d'éducation populaire".

"Pas des cadres en cravate"

En septembre, place à une tournée des quartiers dans les banlieues d'Ile-de-France. "On ne retourne pas dans les quartiers, on y est depuis 5 ans", assure Slimane Tirera, 23 ans lui aussi, président de l'association Jeunesse en Mouvement à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). "On le voit dans les salles de meeting, le public de Ségolène Royal n'est pas le même", renchérit Amine El Khatmi, "c'est les vrais gens, c'est la mère de famille qui passe par hasard après être allée acheter sa baguette. Pas des cadres en cravate."

Le temps fort de la tournée aura lieu le 10 septembre à Montreuil, sur le modèle de la désormais traditionnelle "fête de la fraternité". L'idée est cette année de valoriser de jeunes talents, entrepreneurs, humanitaires... "La France va mal mais il y des types, des nanas, qui font des trucs extra, on va leur donner la parole", résume Amine El Khatmi.

 

Ségolène Royal a un avantage sur ses concurrents socialistes : elle peut rebâtir sur les fondations de 2007. L'électorat jeune la connaît. "Elle est identifiée comme l'ancienne candidate à la présidentielle, cela lui donne une légitimité", souligne Amine El Khatmi. Comme d'autres au sein de l'équipe de campagne, ce ségoléniste de la première heure peut aussi mettre à profit sa propre expérience d'une campagne présidentielle. Il n'avait que 18 ans, mais il suivait déjà Ségolène Royal dans ses déplacements. 

Et la candidate dispose encore d'un puissant réseau sur internet. Il y a bien sûr le site "Jeunes d'avenir", mais aussi toute une blogosphère restée relativement active depuis 2007, auxquels s'ajoutent un nouveau compte Facebook ouvert dimanche soir, "Ségolène Royal pour les jeunes" et un compte Twitter, "SR pour les jeunes".

 

Cette force de frappe suffira-t-elle à remporter la primaire ? Tant pis si les sondages sont mauvais, Amine El Khatmi veut y croire. "Lors du dernier congrès du PS, Bertrand Delanoë devait être élu haut la main...", rappelle-t-il malicieusement. On sait ce qu'il est advenu: Ségolène Royal est arrivée en tête et a gagné 20 points entre les deux tours.

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article